Les élus municipaux nous parlent de leurs priorités

Written by on 25 juillet 2018

25 juillet 2018 - 17h25 - L'équipe des Provinciales 2018
Mise à jour - 30 juillet 2018

Le 16 et le 17 juillet dernier, nous sommes allés à la rencontre de certains élus municipaux afin de s’enquérir de leurs priorités à la veille de la campagne électorale provinciale. Les élus nous on fait part de leurs « listes d’épicerie » et des dossiers qui leur tiennent à cœur en matière de relations provincial-municipal. Nous avons rencontrer pour l’occasion Steve Lussier, maire de Sherbrooke; Vicki-May Hamm, mairesse de Magog et Claude Charron, président du conseil d’arrondissement de Lennoxville.

 

La liste de Steve Lussier

Steve Lussier est maire de Sherbrooke. Ainsi, son administration est concernée tant par la circonscription électorale de Sherbrooke que par la circonscription de St-François (à l’est) et la circonscription de Richmond (secteur Rock-Forest-Saint-Élie-Deauville).

Le maire de Sherbrooke dans son bureau de l'hôtel de ville.

Le maire de Sherbrooke dans son bureau de l’hôtel de ville.

En entrevue dans son bureau de l’hôtel de ville, M. Lussier énonce ses priorités. D’emblée, il tient à affirmer qu’il est solidaire des dossiers portés par l’Union des Municipalités du Québec (UMQ). Sans faire de partisanerie, il tient aussi à préciser que le ministre de la Famille et Responsable de la région de l’Estrie « s’occupe très bien de la région de Sherbrooke (sic). Ça va très très bien, il est à l’écoute; je veux quelqu’un à l’écoute ». Le maire nous précise que ses demandes et ses priorités sont nombreuses mais toutes aussi importante les unes que les autres. Entres autres, il nous parle de la Loi 122 sur l’autonomie des municipalités; l’agrile du frêne; des transferts et du contrôle de la consommation de cannabis; de l’aéroport de Sherbrooke; de la taxe sur l’essence; de la revitalisation du centre ville et du pont signature (Grandes-fourches). Enfin, il met l’accent sur l’importance d’aller voter et le privilège dont nous profitons de pouvoir exercer ce devoir. Il invite tous les Sherbrookois(es) à se rendre aux urnes le 1er octobre prochain.

On a un ministre qui s’occupe très bien de la région de Sherbrooke (sic). Ça va très très bien, il est à l’écoute; je veux quelqu’un à l’écoute.

 

 

L’entrevue intégrale avec Steve Lussier, maire de Sherbrooke

 

Vicki-May Hamm demande plus d’autonomie

Vicki-May Hamm, mairesse de Magog se dit elle aussi solidaire des dossier privilégiés par l’UMQ. Sa ville est le centre de la circonscription d’Orford.

Vicki-May Hamm, mairesse de Magog, nous parle de ses priorités.

Vicki-May Hamm, mairesse de Magog, nous parle de ses priorités.

Elle aussi fait du renforcement de l’autonomie municipal et des gouvernements de proximité un cheval de bataille. Selon elle, le système de transfert ainsi que le régime de fiscalité municipal doivent être revus en totalité. Le développement économique est aussi une priorité de choix pour la mairesse de Magog. Les emplois de qualités doivent être créés en collaboration avec les municipalités. Elle donne en exemple les performances de Magog Technopole.  Selon elle, le palier municipal possède une expertise indéniable qui doit être reconnue par Québec. Selon elle, même en santé, les villes ont une connaissance des réalités vécues par les citoyens dans les centres hospitaliers. Elle n’est d’ailleurs pas tendre avec la réforme du controversé ministre de la Santé: « La réforme de Barrette, c’est un fiasco; qu’on se le dise ». En somme, pour madame Hamm, il serait important d’avoir un député qui défend mordicus les priorités de sa région, tout en étant consciente, du même souffle, des contingences de la ligne de parti. Enfin, elle invite les magogois(e)s à aller voter afin d’exercer leur droit que bien d’autres sociétés n’ont pas.

La réforme de Barrette, c’est un fiasco; qu’on se le dise

L’entrevue intégrale avec Vicki-May Hamm, mairesse de Magog

 

Claude Charron, un cynique engagé

Enfin, nous avons rencontré Claude Charron, le président du Conseil d’arrondissement de Lennonxville, au centre de la circonscription électorale de St-François. Nous avons voulu en savoir plus sur les priorités de l’arrondissement ayant le statut légal de ville bilingue.

Avec M. Charron, le style est détendu. Le politicien d’expérience fait preuve d’une franchise frappante et assurée. Évidemment, les dossiers touchant la communauté anglophone est très importante pour lui. Il rappelle que le décrochage scolaire touche de manière bien plus forte les communauté anglophones au Québec que tout autre. Cette réalité est aussi génératrice de bien d’autres problématiques telles que le chômage et les problèmes de consommation. Pour monsieur Charron, le gouvernement doit reconnaître l’apport des organismes communautaires qui s’occupent d’intégrer les jeunes et qui les aident à trouver une voie. En exemple, il nous parle de Townshippers, un organisme très actif auprès de la population anglophone de Lennoxville. 

Claude Charon, président de l'arrondissement de Lennonxville

Claude Charon, président de l’arrondissement de Lennonxville

M. Charron tient à souligner l’effort effectué par la ville de Sherbrooke en matière de services bilingues et l’amélioration observée durant les dernières années. Cependant, il nous dit craindre, à long terme, que Lennonxville, confrontée à un gouvernement plus « hardcore (sic) » soit obligée de renoncer à son statut légal de ville bilingue.

Enfin, nous lui avons demandé ce qu’il avait à dire aux citoyens frappés par le cynisme. Il reconnait l’existence du phénomène et il l’explique en partie par l’existence de la politique négative, générée par les partis d’opposition, dans le but de marquer des points. Il dit comprendre que les électeurs peuvent en avoir assez d’assister à ce spectacle. En précisant ne pas faire de partisanerie, un gouvernement devrait, selon lui, pouvoir être au pouvoir au moins 8 ans afin de pouvoir terminer ce qu’il a commencé comme projets.

Y’en a qui veulent le changement; mais ça fait combien de fois qu’on entends ça?

L’entrevue intégrale avec Claude Charron, président du Conseil d’arrondissement de Lennoxville

 

 


Current track
Title
Artist

Background