Les quotas de musique francophone et les radios commerciales… un débat qui ne date pas d’hier!

Écrit parsur 7 novembre 2017

La pertinence et l’efficacité des quotas de musique francophone sur les ondes des radios commerciales font, depuis quelques semaines, à nouveau l’objet de discussions assez chaudes dans plusieurs médias québécois.

Il est important de rappeler qu’en 2015 « un regroupement ad hoc rassemblant les titulaires de radios commerciales canadiennes francophones avait présenté au CRTC une intervention dans laquelle il demandait que les quotas de musique vocale francophone sur les ondes des radios commerciales francophones subissent une diminution radicale, soit qu’ils passent de 65 % à 35 % sur l’ensemble de la semaine de radiodiffusion. » (ADISQ 2017)

Depuis que l’intervention a été déposée dans les mains du CRTC, il n’y a pas grand-chose qui a bougé… Tout ce qu’on sait, c’est qu’une réflexion sur ce sujet d’importance avait été entamée à ce moment par l’organisme gouvernemental, mais que le processus est suspendu depuis pour des raisons qu’on ignore.

Cette situation inquiète beaucoup les organisations du milieu québécois de la musique, car, si cette proposition était retenue par le CRTC, elle serait dévastatrice pour tous les artisans de la chanson d’ici.

D’ailleurs, plusieurs organisations du secteur de la musique québécoise comme l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ), l’Association des professionnels de l’édition musicale (APEM), Artisti, la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ), le Regroupement des artisans de la musique (RAM), la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SOCAN), la Société du droit de reproduction des auteurs compositeurs et éditeurs au Canada (SODRAC), la Société de gestion collective des droits des producteurs de phonogrammes et de vidéogrammes du Québec (SOPROQ), la Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec (SPACQ) et l’Union des artistes (UDA), considèrent que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) devrait se pencher sur le sujet très sérieusement, et ce, dans un avenir rapproché.

Des faits intéressants…

L’ADISQ rappelait dans un récent communiqué que « la radio demeure la source préférée de découverte et d’écoute musicale des Québécois. Les faits sont là : une présence sur les ondes des radios commerciales contribue fortement à la popularité d’une chanson sur toutes les plateformes. » (ADISQ 2017)

L’Alliance des radios du Canada (ARC) expliquait dans un récent article que la radio serait un peu comme le comfort food des médias. C’est-à-dire que même si on essaie quelquefois de nouveaux menus, on revient toujours à nos anciennes amours. Eh bien! La radio c’est un peu comme nos bonnes vieilles recettes maison, même à l’ère du numérique, elle reste toujours aussi populaire, et ce, même auprès des jeunes. (ARC 2017)

D’ailleurs, selon une récente étude faite par Inside Radio, « les adolescents de 12 à 17 ans consacrent encore en moyenne 9 heures et quart par semaine à la radio ou la diffusion numérique en continu. Ensuite, lorsqu’ils atteignent l’âge adulte (entre 18 et 24 ans) et entrent sur le marché du travail, ils l’écoutent encore davantage. Soit 10 heures et 15 minutes; c’est une heure de plus qu’à l’adolescence

Que fait le CRTC? Là est la question… 

Si le CRTC ne s’avance pas trop à ce sujet, les organisations du secteur de la musique québécoise, quant à eux, participent toujours aux processus publics concernant les quotas francophones. Ils sont conscients qu’il est important que nos créateurs d’ici bénéficient d’un système canadien de radiodiffusion doté d’outils réglementaires performants pour ainsi permettre aux Canadiens de découvrir les artistes locaux.

Tout compte fait, ce débat, quant à la découverte des contenus locaux sur toutes les plateformes, incluant les numériques, préoccupe grandement le milieu québécois de la musique. Est-ce que le CRTC fera quelque chose à ce sujet? À suivre…

Votre Radio CFAK bien fière de ses statistiques de contenus

  • Au minimum 65 % francophone
  • Au minimum 40 % canadien
  • Au maximum 10 % commercial

Source : http://www.newswire.ca/fr/news-releases/quotas-de-musique-vocale-francophone-a-la-radio-commerciale–le-secteur-de-la-musique-a-bon-espoir-de-voir-le-processus-public-etre-relance-bientot-par-le-crtc-647962513.html

https://radiorfa.com/index.php/saviez-jeunes-adultes-pensent-de-radio/

 

 


CFAK

Premier de la bande

Current track
TITLE
ARTIST

Background